Nos infirmiers s’investissent dans la transmission de compétences

L’Atir s’est dotée d’infirmiers référents aux gestes d’urgence, qui tournent d’unité en unité pour enseigner aux soignants les comportements à adopter en cas d’alerte sur un patient.

Nos infirmiers s’investissent dans la transmission de compétences

L’Atir a choisi de former des infirmiers diplômés d’Etat (IDE) volontaires pour relayer dans ses unités de dialyse des actions dites « transversales ». Concrètement, ces référents participent à la transmission de compétences aux autres salariés et donc, à la démarche qualité de notre association spécialiste de la prise en charge des dialysés calédoniens. Un rôle à comprendre et… à saluer !

« Nous nous appuyons sur des infirmiers référents – ou relais – pour transmettre aux collaborateurs de l’Atir des compétences directement ou indirectement liées à leur mission propre, et importantes. Importantes parce qu’elles procèdent de notre démarche d’amélioration continue », indique Karine Denis, directrice des ressources humaines de l’Atir.

Pourquoi des infirmiers comme référents transversaux ? Parce qu’ils connaissent bien équipes et patients, du fait de leur cœur de métier et communiquent quotidiennement avec eux. Cette proximité leur permet d’expliquer plus facilement dans les unités les actions décidées pour augmenter la qualité globale de la prise en charge des insuffisants rénaux. Les référents s’y consacrent, pour certains à temps plein et, pour les autres, à temps partiel, en parallèle de leurs tâches d’IDE.

Quels sont les domaines transversaux concernés ? 

Ces cinq dernières années, l’Atir a nommé des référents « abords vasculaires » qui tournent dans les unités. Ils sont deux aujourd’hui : Charlène Marchand et Valentin Daouben. Vinrent ensuite deux « IDE référents des gestes d’urgence », dont Laura Labereille désignée fin 2018, que Sylvain Bonnal a rejointe plus récemment. Puis des « référents hygiène », intégrés, en 2019, dans une équipe opérationnelle d’hygiène (EOH). Les infirmières Neriman Demir et Gratianne Iliou assument actuellement ce dernier rôle.

Enfin, en août 2022, l’Atir s’est dotée d’une « référente Qualité » en la personne d’Isabelle Marsault, l’une de ses infirmières coordinatrices.

 

Les formés deviennent formateurs

 

Isabelle est l'infirmière référente Qualité de l’Atir depuis août 2022. Vous voulez en savoir plus sur les patients traceurs ? Adressez-vous à elle !

Isabelle est l’infirmière référente Qualité de l’Atir depuis août 2022. Vous voulez en savoir plus sur les patients traceurs ? Adressez-vous à elle !

Dans la feuille de route des référents, une étape préliminaire : leur formation aux actions transversales qu’il leur reviendra de faire prospérer sur le terrain. L’Atir a, par exemple, fait suivre à Laura et Valentin l’apprentissage nécessaire pour obtenir un agrément de formateurs. Laura a également bénéficié d’une semaine de stage auprès du docteur Christophe Ridel, néphrologue engagé dans la formation aux soins d’urgence. Neriman Demir, quant à elle, a décroché un diplôme universitaire validant ses compétences en hygiène.

 

Une fois formés, ces IDE sensibilisent leurs collègues – dès leur embauche – et les patients, aux questions dont ils sont les référents. A cet effet, ils se déplacent dans les unités selon un planning annuel mais aussi selon les besoins. Ainsi, Laura et Sylvain forment une quinzaine de soignants par an aux gestes d’urgence à adopter en cas d’alerte sur un patient. Valentin et Charlène enseignent aux IDE comment favoriser, chez les dialysés, une circulation extra-corporelle du sang la moins traumatique possible, à partir d’un abord vasculaire dont il faut prendre soin. Ils contribuent également à la mise en place de la technique du « buttonhole » à l’Atir. Neriman et Gratianne se dédient principalement à la prévention des infections associées aux soins. Isabelle, lien entre le service Qualité et les unités, relaient les processus qualité : entre autres, audits de patients traceurs, recueil de l’expérience des patients, analyses des causes des événements indésirables déclarés.

 

Coopération interservice

 

Neriman, ici en photo, est l’une des IDE référentes hygiène de l’Atir et fait donc partie de l’équipe opérationnelle d’hygiène, l’EOH.

Neriman, ici en photo, est l’une des IDE référentes hygiène de l’Atir et fait donc partie de l’équipe opérationnelle d’hygiène, l’EOH.

Tous les référents transversaux coopèrent avec le corps médical et le service Qualité de l’Atir pour actualiser les procédures qui les concernent. Ils prennent des initiatives en lien avec leur mission : Charlène et Valentin veulent ainsi confectionner un buste pour améliorer la formation sur les cathéters. Enfin, les référents participent aux travaux menés pour obtenir le renouvellement de la certification de l’Atir par la Haute autorité de santé. Du sens, leur mission en a.