Notre actu

L’Atir prend des mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie au travail de ses salariés. Parmi ces mesures, des visites régulières de la direction des ressources humaines (DRH) aux équipes soignantes, dans les unités d’hémodialyse. Egalement, l’organisation de « journées de cohésion » qui tissent des liens entre collaborateurs. La nomination, en 2019, d’un médecin responsable de leur santé et de la qualité des relations de travail est venue renforcer le dispositif.

L’Atir initie son personnel soignant aux gestes d’urgence. Pour les lui enseigner, elle a identifié parmi ses équipes des infirmiers volontaires. Ces référents ont bénéficié de la formation dispensée par un spécialiste en la matière, le docteur Christophe Ridel. Selon lui, « maîtriser l’urgence, c’est accessible...

En Nouvelle-Calédonie, l’Atir prend en charge les patients à tous les stades de la maladie rénale. Consultations de néphrologie, hémodialyse, dialyse à domicile, constitution des dossiers de greffe... En partenariat avec l’hôpital public, l’association se bat stratégiquement sur tous les fronts pour soulager la population calédonienne. Autant de défis pour les médecins et infirmiers qui décident de travailler à son service.

L’Atir traite l’insuffisance rénale au bout du monde, en Nouvelle-Calédonie. Les médecins et infirmiers qui acceptent de s’engager auprès d’elle relèvent avec satisfaction la qualité de sa prise en charge des patients. Et de ses conditions de travail.

Le saviez-vous ? L’Atir, opérateur majeur dans le traitement de l’insuffisance rénale en Nouvelle-Calédonie, est aussi organisme de formation professionnelle continue. Elle a obtenu son agrément en 2019. Depuis, elle forme ses équipes et… le personnel d’autres structures du secteur médical. La qualité de ses prestations lui permet d’enrichir son catalogue.

L’Atir implique les patients insuffisants rénaux dans la défense de leurs droits, tout au long de leur parcours de soins. Comment atteint-elle cet objectif ? Grâce à une stratégie à trois volets, dont elle confie le déploiement à son comité de la qualité et de la sécurité des soins (COQSS).

Comment l’Atir égaye-t-elle le quotidien de ses patients et de ses équipes soignantes ? En ne négligeant aucune opportunité. Ainsi, chaque trimestre, elle fait paraître dans son journal interne, « Atir l’haricot », une recette gourmande que ses salariés n’hésitent pas à cuisiner et goûter ensemble. Le défi : allier plaisir gustatif et diététique. Vous voulez vous en convaincre ? Savourez les bouchées au coco fondantes et croquantes de Caroline S., infirmière de l’unité d’hémodialyse de proximité de l’Atir à Wallis. Moins sucrées que les confiseries traditionnelles, elles sont idéales en temps de fête.

Benjamin Rossi, infirmier diplômé d’Etat, travaille à l’Atir, en Nouvelle-Calédonie, depuis trois mois. Ecoutez ses premières impressions. https://youtu.be/t3OWrDpxC7E Benjamin Rossi est clair : infirmier à l’Atir depuis le premier trimestre 2022, il découvre chaque jour les atouts de son employeur. Référence parmi les opérateurs de dialyse en...