L’Atir en projets

C’est un constat inéluctable : au-delà du soin, beaucoup de patients insuffisants rénaux chroniques ont besoin d’aide. Pourquoi ? Pour résoudre les problèmes d’ordre psychologique et social qui impactent leur quotidien, leur moral, leur santé. Par conséquent, l’Atir s’est adjointe les compétences d’une assistante sociale, Amélie Teissedre. Quelques questions à l’intéressée, pivot du pôle psycho-social pluridisciplinaire de l'association.

Les pro de la dialyse gagnent-ils à participer aux JMC ? Oui, répondent les collaboratrices de l’Atir qui se sont rendues aux Journées médicales calédoniennes (JMC), fin 2023. Cet événement, l’association pour la formation et la recherche médicale au CHT (AFRM) l’organise tous les deux ans. Une opportunité, pour les professionnels de santé, d’actualiser leurs connaissances sur des sujets variés, de l’antibiorésistance aux pieds diabétiques.

Fin 2023, l’Atir était en campagne pour Octobre rose. En effet, ses unités de dialyse ont relayé, jusqu’à Wallis, cette opération de communication en faveur du dépistage du cancer du sein. En plus de prévenir la maladie rénale chronique. Merci à nos équipes engagées auprès de La Ligue contre le cancer !

A l'invitation du comité d'entreprise (CE), les équipes des unités de dialyse de l'Atir ont pris le temps de fêter la fin d'année. En Nouvelle-Calédonie comme à Wallis et Futuna, elles se sont retrouvées autour d'un repas de Noël, avec beaucoup de plaisir. Pour le CE, la cohésion d'équipe, ça compte ! Merci à ses membres ainsi qu'à tous nos collaborateurs pour leur engagement en faveur des patients insuffisants rénaux. Vive nos projets 2024 !

Tous formés aux gestes d'urgence en dialyse ? C'est le souhait de l'Atir. Deux-tiers de ses infirmiers et pratiquement tous ses agents de service maîtrisent déjà ces gestes indispensables. Des chiffres très honorables, car l’association a commencé à y former son personnel il y a à peine 4 ans. Ses deux référents Urgence, Laura Labereille et Sylvain Bonnal, sont allés jusqu’à Wallis cette année, pour y initier leurs collègues.

Loin dans le Pacifique, l'Atir fait l'expérience du cloud, quotidiennement. Tout est parti d'une exigence fondamentale : rester un établissement de santé d'avant-garde, qui met le parcours patient au centre de ses préoccupations. Pour soutenir, dans cet esprit, son activité médicale de prise en charge de l'insuffisance rénale dans l'Océan Pacifique, l'association et son partenaire privé, l'U2nc, ont choisi les solutions Google Cloud.

En juillet, l’Atir a embauché une infirmière hygiéniste, Marlène Curot. Elle a intégré notre équipe opérationnelle d’hygiène (EOH) et notre comité de prévention des infections associées aux soins en dialyse (CPIAS-dia). A la lecture de ses missions, vous comprendrez pourquoi il était important que Marlène nous rejoigne.